Yury Favorin © 2018
YURYFAVORIN.pianist
Yury Favorin the official website

Articles  2017

Quotes - Articles - Interviews

Nos favoris de 2017 côté classique Par Guillaume Tion — 25 décembre 2017 à 17:16 Cinq disques pour raconter l’année classique telle qu’on l’a vécue à Libé. Yuri Favorin Alkan, Piano Works (Muso) …puisqu’il faut une decouverte pianistique russe doublée d’un choc esthetique français. Lambert Colson Schütz and His Legacy, Ensemble InAlto (Passacaille) …puisqu’avant   Bach   il   y   eut   Schütz   et   qu’après   lui,   éclot   une   descendance   vivace   que   Lambert   Colson nous invite avec érudition à redécouvrir… Seong-jin Cho, Debussy (Deutsche Grammophon) …puisque le plus doux des pianistes debussyens a décidé de porter au disque son péché mignon. John Nelson, les Troyens (Berlioz), Orchestre philharmonique de Strasbourg (Erato) …puisqu’un   tel   plateau   vocal   (Marie-Nicole   Lemieux,   Stéphane   Degout,   Michael   Spyres,   Stanislas   de Barbeyrac,   Marianne   Crebassa…)   ne   peut   que   donner   envie   d’écouter   et   réécouter   jusqu’au   bout   les   cinq actes à rallonge de Berlioz. Raphaël Pichon, Stravaganza d’Amore !, Ensemble Pygmalion (Harmonia Mundi) …puisqu’après   avoir   fêté   jusqu’à   la   nausée   les   450   ans   de   Monteverdi,   il   est   temps   de   suivre   Raphaël Pichon dans le labyrinthe des spectacles de cour du XVIe siècle qui ont abouti à la création de l’opéra. Guillaume Tion http://next.liberation.fr/musique/2017/12/25/nos-favoris-de-2017-cote-classique_1618833  
Alkan, beauté en touches Par Guillaume Tion — 18 décembre 2017 à 18:46 (mis à jour à 19:16) Longtemps   négligée,   l’œuvre   singulière   et   complexe   du   compositeur   romantique   et   pianiste   virtuose   mort   en   1888 suscite un regain d’intérêt grâce à un album du Russe Yury Favorin et une anthologie en 13 volumes. Charles-Valentin Alkan (1813-1888). Photo Coll. part. Tropmi. Manuel Cohen. Aurimages A   Libération,   on   aime   bien   découvrir   de   jeunes   talents.   Et   tant   pis   si   ceux-ci   sont   morts   en   1888.   Charles-Valentin Alkan   est   de   ceux-là.   Compositeur   et   pianiste,   cette   étoile   engourdie   de   la   galaxie   romantique   et   génie   français   de l’expressivité   tempérée   d’un   voile   de   symétrie   religieuse   a   été   largement   oublié   mais   renaît   en   cet   hiver.   Fin novembre,   le   pianiste   russe   Yury   Favorin   a   enregistré   un   CD   de   ses   œuvres   maîtresses   et   le   célèbre   label néerlandais   Brilliant   Classics   (Mozart   en   170   disques   à   100   euros)   a   sorti   une   anthologie   du   surdoué   parisien   en 13   volumes   (à   36,99   euros).   Inutile   de   s’en   détourner   plus   longtemps   :   il   va   falloir   apprendre   à   se   souvenir   de l’œuvre impressionnante de Charles-Valentin Alkan, dont voici une tentative de profil en trois clés. L’oublié Comme   les   deux   autres   prodiges   de   foire   de   l’époque   romantique   que   sont   Chopin   et   Liszt,   Alkan   est   né   au   coin de   1810,   en   1812   pour   être   précis.   Son   père,   musicien,   se   reconvertit   dans   la   pédagogie.   Charles-Valentin, premier   d’une   fratrie   de   six   instrumentistes,   se   produit   en   concert   dès   l’âge   de   8   ans   (d’abord   au   violon).   Il compose   à   partir   de   13   ans   et   peu   à   peu   cartographie   un   territoire   musical   précis   :   les   grands   formats   pour   des petites   structures.   Son   œuvre   est   marquée   par   des   pièces   à   l’usage   du   piano   seul   ou   de   formations   chambristes. La société des orchestres n’est pas à sa main. Alkan préfère les univers clos aux paramètres contrôlés. Mais   il   ne   brade   pas   pour   autant   son   ambition   et   concocte   pour   ces   formations   étiques   des   œuvres   d’une originalité   extrême,   comme   des   éventails   d’études   dans   tous   les   tons   majeurs   et   mineurs.   «Sa   pièce   la   plus révolutionnaire   est   peut-être   le   Concerto   pour   piano   seul,   explique   Pieter   van   Winkel,   directeur   artistique   de Brilliant   Classics.   Une   cathédrale   de   sons   qui   contient   toutes   les   émotions   humaines…   mais   les   morceaux modestes,   comme   la   Chanson   de   la   folle   au   bord   de   la   mer,   aliénante,   très   XXe   siècle,   sont   aussi   novateurs.» Alkan   est   alors   proche   de   Liszt,   dans   sa   propension   à   vouloir   transformer   son   instrument   en   orchestre,   notamment via   le   pédalier   Erard   (tous   deux   sont   endorsés   par   le   facteur   de   piano).   Et,   quarante   ans   avant   la   Lugubre Gondole de Liszt, l’ostinato de la Folle au bord de la mer ouvre la porte à des rayons d’atonalité. Malgré   une   carrière   lancée   en   trombe   et   le   caractère   pionnier   de   partitions   programmatiques,   les   pièces   d’Alkan tombent   dans   les   oubliettes   de   la   postérité,   à   l’image   du   compositeur,   devenu   au   fil   des   années   un   musicien misanthrope,   reclus,   passant   son   temps   à   donner   des   cours   et   traduire   la   Bible.   Dans   son   renoncement   aux concerts, il est alors proche de Chopin - dont il a récupéré une partie des élèves à la mort du pianiste en 1849. Yury   Favorin,   lui,   se   veut   optimiste   :   «L’histoire   de   la   musique   change   de   perspective   tous   les   siècles   :   allez   savoir quelle   place   aura   la   musique   d’Alkan   dans   la   tête   des   auditeurs   dans   cent   ans…»   En   1991,   soit   cent   trois   ans après   la   mort   d’Alkan,   paraissait   chez   Fayard   la   seule   somme   sur   ce   compositeur.   Brigitte   François-Sappey   y achevait    son    introduction    en    expliquant    qu’on    ne    pourrait    plus    désormais    oublier   Alkan.    Non    seulement    le compositeur est toujours inconnu, mais le livre est introuvable. Le maudit Il   existe   peut-être   une   malédiction Alkan.   Le   compositeur   se   présente   deux   fois   au   prix   de   Rome,   mais   est   recalé   à chaque   fois   (alors   que   son   frère,   Napoléon   Alkan,   obtiendra   un   2e   prix).   Il   veut   succéder   à   son   maître   au Conservatoire   de   Paris,   on   ne   le   lui   propose   pas   (son   fils   naturel   obtiendra,   lui,   une   classe).   Juif   ashkénaze, religieux,   il   est   nommé   sans   concours   organiste   du   Temple   de   Paris,   mais   tourne   le   dos   au   Consistoire.   Car Alkan est   buté.   Exemple   :   au   plus   fort   de   la   guerre   de   1870,   il   joue   de   la   musique   allemande.   «Renier   mes   amis   parce qu’ils   sont   prussiens,   cela   est   si   peu   dans   mes   instincts»,   écrit   ce   pacifiste.   Son   aura   de   maudit   le   poursuivra jusqu’au   bout.   La   légende   veut   qu’il   soit   mort   écrasé   par   le   poids   de   sa   bibliothèque   s’effondrant   sur   lui   alors   qu’il prenait   un   livre.   Il   serait   en   réalité   mort   des   suites   d’un   malaise.   Célibataire,   il   voudra   léguer   une   partie   de   ses biens   à   l’Institut   de   France   pour   l’organisation   d’un   concours   de   cantate   biblique   et   de   piano-pédalier.   Mais l’Institut refusera. La résurrection Alors   pourquoi   enregistrer   Alkan   aujourd’hui   ?   «Aucune   anthologie   n’avait   jusqu’alors   été   éditée,   explique   Peter van   Winkle.   Mis   à   part   cet   aspect   commercial,   je   suis   depuis   ma   jeunesse   un   fan   avide   de   sa   musique. A   l’époque, il   était   d’ailleurs   difficile   de   se   procurer   ses   partitions.»   Pour   Yury   Favorin,   c’est   la   sidération   qui   sert   de   moteur   : «Je   l’ai   découvert   il   y   a   une   dizaine   d’années,   il   est   réputé   plus   technique   que   Liszt.   J’ai   écouté   et   je   n’ai   pas trouvé   les   pièces   si   compliquées,   mais   elles   sont   tellement   sympathiques   et   étranges.   Il   était   temps   de   passer   à Alkan.» Au   programme   de   Favorin,   la   sonate   des   Quatre   Ages   de   la   vie   (quatre   mouvements   couvrant   les   décennies   de 20   à   50   ans,   une   forme   inouïe   de   réalisme-romantisme   distancié),   une   Symphonie   pour   piano   seul   et   la   mise   en musique   d’un   psaume,   que   Favorin   a   «choisie   pour   sa   forme   et   son   esprit».   Brilliant   Classics   réédite   un   interprète chevronné   d’Alkan,   l’Italien   Vincenzo   Maltempo,   en   y   ajoutant   des   pièces   d’autres   labels   et   en   complétant   par deux   enregistrements   produits   pour   l’occasion.   «On   ne   s’attend   clairement   pas   à   rééditer   l’exploit   du   coffret Mozart   et   ses   300   000   ventes   en   France,   notre   tirage   est   modeste.   Mais   il   est   temps   de   faire   connaître   ce   génie», conclut   le   directeur   artistique.   Parce   qu’il   était   ami   de   Chopin,   que   Liszt   disait   de   lui   qu’il   était   «injustement méconnu»,   qu’il   a   selon   Favorin   «la   fougue   de   Berlioz   et   annonce   Satie»,   le   temps   est   venu   de   se   faire   l’oreille aux paradoxes et aux extravagances de Charles-Valentin Alkan, compositeur jetable. Guillaume Tion http://next.liberation.fr/musique/2017/12/18/alkan-beaute-en-touches_1617523