Yury Favorin © 2017
YURYFAVORIN.pianist
Yury Favorin the official website

Articles  2015

Quotes - Articles - Interviews

Aber das will man doch hören!   Wieder reisen Klavierverrückte aus aller Welt zu den „Raritäten der Klaviermusik“ nach Husum... ...    Die    Raritäten    der    Klaviermusik,    die    wesentlich    zu    einer    Neubeheimatung    wichtiger    Musik    von   Alexander Skrjabin,   Mikolaj   Medtner   oder   Charles   Valentin Alkan   in   Deutschland   beigetragen   haben,   sind   längst   ein   geistiges Schwergewicht   in   der   Festivallandschaft   und   von   internationalen   Fachmagazinen   aus   Polen,   Deutschland   und dem   angelsächsischen   Raum   genau   geobachtet.   Auf   einem   Tablet-Techner   verfolgt   ein   akademisch   geschulter Stammgast   in   diesem   Jahr,   wie   der   junge   Yuri   Favorin,   der   nicht   nur   ein   phänomenaler   Techniker   ist,   sondern   vor allem   ein   großer   Logiker,   die   sechsstimmige   Fuge   in   der   Sonate   op.   33   von   Alkan   spielt.   Es   ist,   beim   bessten Willen,   mit   bloßem   Ohr   und   Auge   nicht   festzustellen,   welche   Töne   Favorin   weglässt   –   obwohl   das   Stück   die haptischen Grenzen eines zweihändigen Menschen überschreitet. ... Man   wandert   stilisierte   Zargen   von   Konzertflügeln,   um   zu   lesen   und   zu   hören,   was   alles   ausgegrenzt   wurde   aus unserer   musikalischen   Welt: Alkan,   der   Hector   Berlioz   des   Klaviers,   Godowsky,   das   polyphone   Superhirn   mit   zwei selbstdenkenden    Händen,    oder    auch    russische    Komponisten    aus    der    Skrjabin-Nachfolge,    etwa    Anatolij Alexandrow oder Issai Dobrowen. Sogar   die   dritte   Klaviersonate   des   sechsfachen   Stalinpreisträgers   Nikolaj   Mjaskowskij   –   die   Favorin   auch   noch spielt,   nachdem   er Alkan   aus   den   Ärmeln   geschüttelt   hat   –   klingt   nach   ekstatischem   Futurismus   in   der   Nachfolge Skrjabins. ...  Jan Brachmann Frankfurter Allgemeiner Zeitung, Nr. 197, 26. August 2015. S. 12.  
Le Festival de Radio France Montpellier met René Koering à l'honneur   ...   Introduction   idéale   au   Concerto   pour   pianos   «Sprachgitter   Ephrem»,   inspiré   par   un   poème   de   Paul   Celan,   qui atteint   presque   la   demi-heure.   Un   deuxième   instrument,   en   coulisses,   s’ajoute   donc   au   soliste.   Verbatim   :   «Le piano   en   coulisses   propose   un   aphorisme   (toujours)   que   le   piano   en   scène   cite,   en   tout   ou   partie,   et   développe   à moins   qu’il   ne   le   détruise».   Ce   dialogue   en   écho   –   chacun   des   deux   pouvant   jouer   seul   –   est   une   vraie   réussite   de cet   opus   porté   par   une   exaspération   dynamique   constante,   qui   entretoise   nombre   de   brefs   motifs   percutants. Dans   ses   cadences,   le   piano   principal   paraît   vouloir   échapper   à   cet   emportement   ininterrompu   (et   évoque   alors Chopin,   Rachmaninov,   voire   le   jazz...).   Mais   lui-même   peut   rallumer   le   feu   avec   une   violence   inouïe.   Œuvre   riche et    tourmentée,    à    l’instrumentation    choisie    (pas    d’altos    ni    de    hautbois,    des    rafales    de    percussions    et    des interjections   des   cuivres   un   peu   cliché   parfois...),   qui   ne   laisse   presque   aucun   répit   à   l’auditeur.   Yuri   Favorin   (né en   1986)   s’en   acquitte   avec   une   autorité   fascinante,   tenant   sa   très   exigeante   partie   sans   faiblesse,   mais   aussi sans s’y brûler. ...  Rémy Louis Diapason, 23.07.2015  
La source et la mer Montpellier,   Opéra   Berlioz-Le   Corum.   Le   19   juillet   2015.   Koering:   Sprachgitter   Ephrem.   Wagner,   Liszt.   Orchestre national de France. Alexander Vedernikov, direction. ...   Ce   qui   fut   passionnant   sans   équivoque   fut   le   Concerto   pour   piano(s)   et   orchestre   de   René   Koering . A   la   fois dépeignant   les   horreurs   barbares   de   la   guerre   et   une   sorte   de   mélismes   poétiques   imprégnés   de   romantisme,   ce “Sprachgitter   Ephrem”    devient   une   création   subjuguée   à   l’astre   dramatique   des   heures   blêmes.   Par   moments, on   retrouverait   même   des   couleurs   dignes   des   tableaux   de   Caspar   David   Friedrich,   des   consonances   très proches   d’un   rêve   sur   le   temps,   l’angoisse   des   souvenirs,   encore   un   témoignage   d’un   passé   douloureux   qui   ne veut   plus   nous   quitter.   Par   moments   le   piano   est   un   amortisseur   sensuel   de   l’orchestre,   souvent   incisif   et   en   une seconde,   on   entend   le   deuxième   piano   en   coulisses,   dans   un   lamento   nu,   dénaturé   et   splendide,   tel   un   spectre, une   psyché   du   piano   concertant.   Cette   belle   création   a   révélé   la   profonde   grâce   de   la   musique   de   René   Koering. Si   les   influences   semblent   être   là,   on   trouve   que   le   langage   propre   au   compositeur   se   déploie   sans   autre   force que   la   sienne.   Les   autres   pièces   sont   intéressantes,   et   nous   remarquerons   notamment   le   sublime   Mazeppa   de Liszt, formidable épreuve de virtuosité et de voltige pour l’orchestre. Côté   interprètes,   remplaçant   Boris   Berezovsky   pour   la   création   de   René   Koering,   c’est   le   jeune   Yuri   Favorin    qui relève   le   défi   magnifiquement   bien.   Si   on   peut   lui   reprocher   un   rien   d’hésitation,   il   est   formidable   par   cette   épreuve qui nous permet de le connaître sous des excellents auspices. ... Pedro Octavio Diaz Classiquenews.com, 24.07.2015    
René Koering impose ses cadences virtuoses   Sa musique renvoie a l’horreur de la guerre et du nazisme Pour   en   avoir   été   l’instigateur   et   le   premier   directeur   de   1985   à   2011,   René   Koering   ne   pouvait   manquer   aux   30 ans du Festival de Radio France Montpellier. Le compositeur (et ancien directeur de la musique à Radio   France)   a   même   eu   l’honneur   d’une   commande   :   un   concerto   pour   piano   intitulé   Sprachgitter   Ephrem   (Grille de    parole)    en    référence    au    recueil    du    «poète    de    l’Holocauste»,    Paul    Celan.    C’est    au    pianiste    russe    Boris Berezovsky,   pour   qui   René   Koering   a   écrit   sa   pièce,   que   devait   en   revenir   la   création,   le   19   juillet   avec   l’Orchestre national   de   France   sous   la   direction   d’Alexander   Vedernikov.   Mais   il   a   dû   passer   le   flambeau   à   Yuri   Favorin   (28 ans),   lequel   engloutira   d’un   clavier   prédateur   les   quatre   énormes   cadences   virtuoses   dont   René   Koering   a   émaillé ce qui ressemble plus à une sonate avec orchestre qu’à un concerto. ...   Marie-Aude Roux Le Monde, № 21933, 24 juillet 2015, vendredi, p. 21