Yury Favorin © 2017
YURYFAVORIN.pianist
Yury Favorin the official website

Articles  Miscellaneous

Quotes - Articles - Interviews

Liszt: Harmonies Poétiques et Religieuses – review CD recorded by MUSO (MU-006)   Composed   between   1847   and   1852,   Harmonies   Poétiques   et   Religieuses   was   Franz   Liszt's   first   major   piano collection   to   be   completed   after   he   abandoned   his   career   as   a   concert   virtuoso   to   take   up   the   post   of   kapellmeister in   Weimar. Apart   from   Funérailles,   triggered   by   the Austrian   suppression   of   the   1849   Hungarian   revolution,   the   set is    very    much    an    expression    of    the    composer's    sensually    inclined    Catholicism,    and    hasn't    always    been    to everyone's   taste.   Complete   performances   are   rare,   so   Yury   Favorin   has   to   be   commended   for   tackling   it.   This   is big-boned    Liszt-playing,    tough    to    interpret    and    admirably    free    from    sentiment.    There's    no    attempt    at    self- consciously    flashy    virtuosity.    Funérailles    is    wonderfully    stark    and    angry,    while    Bénédiction    de    Dieu    dans    la Solitude,   the   most   famous   piece   in   the   set,   is   all   supercharged   rapture.   It   probably   won't   quash   qualms   about   the work, but it's very fine indeed. Tim Ashley The Guardian Thursday, 4 July 2013  
Dossier spécial Festival de la Roque d'Anthéron 2012 11 août: Yuri Favorin : naissance d’une étoile   Même   les   cigales,   d’habitude   si   bavardes   dans   le   Parc   de   Florans,   se   sont   tues,   charmées   et   magnifiquement stupéfaites   par   le   talent   du   jeune   Yuri   Favorin.   Des   carrières   magnifiques   ont   pris   une   envolée   inattendue   à   partir d’un   remplacement   au   pied   levé,   mais   venir   jouer   à   vingt-six   ans   en   lieu   et   place   d’Aldo   Ciccolini   souffrant   avec qui   plus   et   un   enregistrement   France   Musique,   c’est-à-dire   avec   des   millions   d’auditeurs   potentiels   à   venir,   ne   doit pas    manquer    d’être    stressant    et    éprouvant.    On    sentait,    malgré    les    applaudissements    d’encouragement bienveillant,   le   jeune   pianiste   un   peu   à   l’étroit   dans   son   pourtant   large   costume   quand   il   est   arrivé   sur   la   scène   de La   Roque   ce   11   août   et   entamait   cette   sonate   n°9   en   mi   bémol   majeur   D568   de   Schubert.   Mais   dans   la   salle,   nous savions   dès   les   trois   premières   notes   que   quelque   chose   de   bon   allait   arriver   et   les   applaudissements   après   cette première   interprétation   donnaient   assurance   au   jeune   interprète   pour   la   suite   de   son   programme.   Et,   c’est   avec une   aisance   magistrale   qu’il   livrait   son   interprétation   de   l’Ouverture   de   Tannhauser,   transcription   pianistique   par Liszt   du   chef   d’œuvre   wagnérien,   à   la   fin   de   laquelle   la   salle   explosait   en   bravos   et   applaudissait   également   des pieds.   Le   jeune   interprète   concluait   sa   première   inattendue   sur   le   plateau   mythique   par   les   Harmonies   poétiques et   religieuses   toujours   de   Liszt,   œuvre   romantique   où   il   déployait   toute   la   finesse   de   son   talent   avant   de   livrer   trois bis tant il était ovationné. Yuri   Favorin   possède   un   toucher   qui   s’exprime   tout   autant   dans   la   puissance   (ce   qui   est   très   russe   certes,   mais   ici dans   une   force   où   le   chant   est   totalement   fluide)   que   dans   la   douceur.   Le   jeune   pianiste,   déjà   entendu   à   La   Folle Journée de Nantes, maîtrise le plus difficile : l’art du silence. Geneviève Chapdeville Philber The programm of recital see here  
Folle Journée de Nantes Les talents de demain et la nostalgie des adieux   Merci Youri Favorin Pas   assez   de   Poulenc.   Pas   assez   de   Bizet.   Youri   Favorin   a   changé,   il   n’a   plus   ses   lunettes   de   premier   de   la classe.   Il   joue   Poulenc   et   Bizet   avec   un   sentiment   juste,   il   joue   ce   fou-furieux   d’Alkan   qu’on   appelait   le   «Berlioz   du piano»   avec   une   virtuosité   folle,   il   joue   en   bis   Boucourechliev,   encore   plus   barjo   qu’Ohana.   Il   joue   tout   par   cœur de   ces   œuvres   qu’il   ne   rejouera   peut-être   plus   jamais.   C’est   un   phénomène   russe   qui   rend   hommage   à   la   France. On l’en remercie. Bertrand Renard FranceTV 4th of February 2013 For the details see the programm of the concert here  
Tributes to Prof. Noel Flores from around the world   Yury   Favorin   remebers   about   the   well-known   pianist-pedagogue   Professor   Noel   do   Carmo   Flores   (1935   –   2012) interviewed by Luis Dias in Goa (India). I’m quite sad with the death of Prof. Noel Flores. It’s really terrible news. First   time   I   met   Professor   Noel   Flores   on   the   summer   academy   in   Baden,   Austria,   not   far   from   Vienna.      He evidently   visited   that   place   regularly,   but   for   me   that   was   my   first   masterclass   in   Europe,   I   was   excited   and   felt myself   inexperienced.   His   simplicity   touched   and   won   over   me,   his   amicability   and   gentle   sense   of   humour combined   with   task-oriented   and   clear   directions   made   me   geared   up   for   work.   There   were   8   –   10   of   students   and most of them were much older than me but that did not matter for him. I   remember   the   first   time   when   I   came   to   him   with   a   Mozart’s   concerto   to   play   –   something   was   not   getting   on   at all:   I   could   not   make   the   sound   clear   –   either   it   lacked   character   or   was   rough;   the   dynamics   of   the   phrase appeared   to   be   strained   and   forced.   Noel   Flores   stopped   me,   took   my   hand,   pulled   my   middle   finger,   then   bent   it at   an   obtuse   angle   and   put   it   on   the   key   saying:   "Play   it   again".   Extending   and   radiant   sound   which   is   so   specific for   Mozart’s   clavier   concertos   started   flowing.   I   was   beside   myself   with   delight!   Noel’s   face   lit   up:   "All   of   genius   is simple.   That’s   true!"   his   last   phrase   was   obviously   dedicated   to   the   music   which   beauty   broke   through   the clumsiness   of   the   hands   and   came   to   the   ear.   Later   I   learned   that   Noel   devoted   most   of   his   life   to   studying   the peculiarities   of   physiology   of   instrumental   performance,   conditions   of   origin   of   real   mastering   the   piano   –   weights of   the   hand   parts,   angulation,   palm   position,   the   pianist   posture.   His   works   did   not   seem   to   be   translated   into Russian,   the   Russian   piano   teaching   school   does   not   pay   too   much   attention   to   the   physiology   of   playing,   that   was the reason why I was not accustomed to that. Through the day I would often see him walking with his nice wife. At   his   last   lesson   of   the   summer   music   academy   he   gave   recommendations   to   each   individual   student   on   the methods   and   ways   for   their   further   work   and   improvement.   He   had   a   very   keen   insight   into   individual   style   of performance    of    each    student:    some    student    was    recommended    to    extend    his    repertoire    to    impressionistic direction,   another   one   –   to   be   concentrated   on   proper   using   the   pedal,   the   other   one   –   to   be   focused   on   the classicist music. Several   years   after   I   was   in   Vienna   to   play   two   concerts.   One   of   the   concerts   was   played   in   the   theatre.   When   the first   part   was   over,   I   stood   up   to   take   a   bow   and   suddenly   I   saw   a   very   familiar   face.   That   was   Noel   Flores.   I   have been   curious   how   he   could   have   known   about   that   concert   which   had   not   been   widely-advertised   at   all.   But   the fact   that   even   though   several   years   had   passed   he   kept   on   remembering   me   and,   moreover,   he   attended   my concert.   He   attended   the   second   concert   as   well.   This   has   been   an   ideal   example   of   the   teacher’s   concern   in   the future professional lives of his former students even though he did not teach them permanently. 19th of June 2012  
Audace, jeunesse, talent Encore une belle surprise à La Roque d’Anthéron   Du   haut   de   ses   25   ans,   après   un   troisième   bis   et   plus   de   2h30 de   programme   !   le   jeune   Yuri   Favorin,   appelé   à   remplacer   le grand   Aldo   Ciccolini,   souffrant,   savoure   l’ovation   que   lui   réserve le   public   du   Parc   du   Château   de   Florans.   La   deuxième   partie   de son   programme   vient   de   se   clore   :   cinq   extraits   des   Harmonies poétiques    et    religieuses    de    Franz    Liszt    enchaînés    avec    une aisance    et    une    décontraction    admirables,    cinq    moments    de poésie,    de    délicatesse,    de    fraîcheur    de    jeu,    cinq    moments majuscules    suspendus    dans    l’air    du    soir    dessinés    avec    une palette    de    nuance    allant    du    pppp    au    fff    !    Et    que    dire    de    la première    partie,    avec    un    programme    étonnant    et    détonnant, n’hésitant   pas   à   entamer   le   concert   par   la   délicate   sonate   n°9 D568   de   Schubert   si   difficile   d’accès,   d’une   si   grande   modernité,   puis   de   finir   par   un   décapant   Orion   III   de Boucourechliev   !   constellation   de   notes,   gerbes   de   fusées   métalliques   lacérant   le   silence   d’un   public   médusé encore   exténué   par   l’interprétation   diabolique   de   la   non   moins   démoniaque   transcription   par   Liszt   de   l’Ouverture de Tannhäuser de Wagner ! Virtuosité, musicalité, élégance … un très grand pianiste au royaume du piano. CHRISTOPHE FLOQUET 11 August 2012 Magazine "Zibeline" (Marseille, France) For the details see the programm of the concert here  
Yuri Favorin ou l’intelligence souveraine The   review   of   Christian   Jade   for   RTBF.be   CULTURE   about Yury   Favorin's   performances   in   the   final   and   the semifinal of the Queen Elisabeth Competition Piano (May 2010) (french).   Le   Russe   Yuri   Favorin   (23   ans)   a   confirmé,   hier   soir,   en   finale, tout   le   bien   qu’on   pensait   de   lui:   une   intelligence   remarquable, une   maturité   et   un      culot   qui   lui   permettent   d’aborder,   en   nuances, la     sonate     la     plus     redoutable     de     Beethoven,     la     29è,     dite Hammerklavier,     qui     multiplie     les     difficultés     techniques     et stylistiques   et   dure…   40   min,   le   temps   d’un   concerto.   Pour   une salle   comme   les   Palais   des   Beaux-Arts,   dans   un   concours   où   il faut   mettre   public   et   jury   dans   sa   poche,   il   existait   des   sonates plus   «brillantes»   et   d’accès   plus   immédiat.   Or   après   un      début   un peu   froid   dans   les   deux   premiers   mouvements   rapides,   allegro   et scherzo,   il   se   passe   un   moment   de   grâce   étonnant   dans   les   deux mouvements    lents,    adagio    sostenuto    et    largo    où    ce    grand musicien   impose   un   climat   de   lyrisme   intense.   Pas   un   tousseur   (la peste   des   Beaux-Arts)   n’osera   interrompre   sa   superbe   prestation qui     s’achève     sur     un     final     martelé     de     maitresse     façon. Extraordinaire maturité chez ce jeune homme de 23 ans. La    première    exécution    de    l’imposé,    Target,    du    jeune    Coréen JEON    Minje    est    toujours    une    épreuve:    une    partie    orchestrale tonitruante   qui   écrase   un   peu   le   son   de   Youri   Favorin,   très   attentif et   à   l’aise   dans   son   rapport   à   l’orchestre   (il   adore   la   musique contemporaine:    voir    ci-dessous    le    commentaire    son    récital    en demi-finales). Le   concerto   de   Liszt   est   une   nouvelle   preuve   d’intelligence   du     concurrent:   après   l’épuisante   sonate   de   Beethoven,   c’est   un   jeu   d’enfant,   pour   lui   de   nous   donner   le   bref   mais fulgurent   concerto   de   Liszt   (20   mn)   dont   il   a   la   maîtrise   totale.   Un   beau   parcours   de   finaliste   avec   un      seul   bémol. L’ampleur du son n’était pas toujours au rendez-vous, notamment pour la sonate de Beethoven très «chambriste». Lundi 24 mai 2010 Prestations en demi-finales: Le Russe Yury FAVORIN – récital Commençant   par   une   interprétation   pensée,   sensible,   éclairée   de   l’intérieur,   du   morceau   imposé,   Back   to   the sound    de    Jean-Luc    Fafchamps,    il    se    paie    le    luxe    de    terminer    par    un    deuxième    morceau    de    musique contemporaine,   Orion   III   d’André   Boucourechliev,   éclairé   de   la   même   intelligence   analytique.   Entretemps   il   nous   a emporté    progressivement    dans    le    monde    de    Schubert    (Sonate    D568)    dont    le    romantisme    intériorisé    surgit progressivement   sans   pathos   :   superbe.   Mais   le   moment   clé   c’est   de   nous   avoir   rendu   avec   une   virtuosité   sans flon   flon,   -   de   l’intelligence   pure   avec   la   jouissance   en   plus   -   la   redoutable   ouverture   de   Tannhäuser   selon   Franz Liszt, un casse-pipe technique rendu avec une aisance impressionnante…et sans esbroufe de virtuose. Dans   le   21è   concerto   de   Mozart Yury   Favorin   confirme   avec   un   rien   moins   d’inventivité,   son   impressionnant   récital de   lundi:   tout   semble   réfléchi   et   sensible,   avec   les   bonnes   inflexions   au   bon   moment.   Il   donne   à   l’andante   une coloration plus poétique et s’impose, décidément comme un des favoris du concours. 10 et 13 mai 2010 Christian JADE Foto (c) Benoit MATTERNE  
The review of Philippe DEWOLF for the magazine l'avenir (Brussels) About    Yury    Favorin's    recital    in    the    semifinal    of    the    Queen    Elisabeth    Competition    Piano    (May    2010) (french).   Le   Russe   Yury   Favorin   sera   l'un   des   tout   grands   favoris   Producteur   de   Musiq'3   et   spécialiste   du   Concours   Reine Elisabeth Chaque   jour,   Philippe   Dewolf   nous   fait   partager   ses   impressions   quant   aux   prestations   des   candidats   au   Concours Reine Elisabeth. Hier après-midi, on a entendu trois Russes, aux tempéraments bien différents, et un Chinois.